Maroquinerie Texier: les sacs Made in France

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Ses nouvelles collections flirtent  avec ses origines, la Bretagne, et sa passion, les bolides. Maison Texier opère aujourd’hui une montée en gamme, qui s’accompagne d’une réorientation de son système de distribution et d’une politique intensive d’ouvertures de boutiques en propre.

Maison Texier, c’est avant tout l’histoire d’une fierté familiale, nationale et régionale. Familiale, parce que l’entreprise, créée en 1951, a gardé son autonomie. Aujourd’hui, ce n’est plus Marcel mais Jean-Luc, l’un des deux fils, directeur général, qui actionne le moteur, et sa fille, Cynthia, qui propulse la dynamique digitale. Nationale, parce qu’à l’heure des délocalisations (dès les années 70), la Maison Texier a privilégié le made in France, en s’éloignant du cabas sport pour développer une ligne business masculine puis, en 1982, une ligne féminine. Régionale, enfin, car on retrouve, dans le style des sacs à main signés par la marque, les éléments qui font la fierté de la Bretagne, à commencer par les blasons et les créneaux des châteaux, qui ornent la toile enduite de la ligne « Evasion Crenel » printemps-été 2014. « 90% de nos modèles sont fabriqués dans notre unité de production, d’une surface de 10 000 m² et située à Vitré (35) ; au total 230 personnes œuvrent à la maroquinerie Texier » nous informe Jean-Luc Texier. Mais cette marque, c’est aussi l’histoire d’une passion pour les belles voitures. A leur u=instar, Maison Texier allie technicité, style racé et une vélocité qui lui a permis d’ouvrir 7 nouvelles boutiques (Lille, Strasbourg, Nantes, Montpellier, Toulouse, Angers, Nice) en seulement un an et demi et de remplacer la boutique bastion de la rue Saint-Honoré, à Paris, par une nouvelle au 127 bd Saint-Germain, en auto-financement sur 5 ans. La Maison Texier en a sous le capot… Forte de ses fondamentaux, la marque a orchestré un rafraîchissement en recrutant, en mai 2012, un jeune directeur artistique, Baptiste Pagès, médiatisé grâce à sa collection capsule de chaussures pour Bata (été 2013) ou sa ligne d’accessoires pour Jean-Charles de Castelbajac (hiver 2012). La collection printemps-été 2014 est sa deuxième saison au sein de la Maison Texier. Originaire de Nantes, ce fils d’antiquaire voue à l’objet sac un amour, qui va de pair avec sa ferveur à créer du lien entre ses inspirations personnelles (l’artiste Arman, Balenciaga version années 50, la technique…) et les basiques de la société maroquinière. Baptiste Pagès travaille avec le bureau de style intégré, 6 stylistes/modélistes, pour imaginer des sacs comme des concept-cars. « La plupart des produits sont réalisés en cuir de vachette et bénéficient, pour certains modèles de la ligne Calandre, d’une finition végétale pour un aspect vintage. Il faut, en moyenne, 4 heures et demie de travail pour réaliser le haut de gamme de la ligne Bolide, dont l’offre produit varie entre 150 et 700€, prix public conseillé » signale le DA. Devenir un « key player », en termes de mode, passe par l’implantation de lignes identitaires, revisitées selon les tendances des saisons. Et c’est qu’il fait en déclinant les couleurs : alezan, tabac ; vison, chamois, noir, rouge, corail, bois de rose, bleu électrique. En marge du showroom de Vitré, la collection est représentée par six agents exclusifs, qui organisent des ventes en région de fin octobre à fin février pour le printemps/été et de mai à fin septembre pour l’automne/hiver. Après avoir lui-même écumé les routes à la rencontre des boutiques multimarques qui le vendent, Jean-Luc Texier souhaite revoir le business model qui le lie à ses distributeurs : » On ne veut pas des détaillants-revendeurs, mais des partenaires, qui nous représentent et avec lesquels on pourra faire progresser le chiffre d’affaires, qui est actuellement de 15 millions d’euros, dont 15% réalisés en Russie et en Duty Free ». Nous possédons 450 clients multimarques mais nous souhaitons développer un réseau plus sélectif », précise le directeur général. Décidé à investir dans l’image de marque, il a recruté Flore Loidon, responsable développement marketing et communication, ancienne élève de Sup de Luxe. Il ajoute à ses objectifs la création de nouveaux accessoires (gants, parapluies, carrés de soie, étoles et bagages semi-rigides qui, eux, ne seront pas conçus en France) et la volonté de trouver des distributeurs qui ouvrent des franchises à l’étranger, s’inscrivant, par là même, dans une démarche de commission-affiliation. Un vrai bolide cette Maison Texier…

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »